Club CPN (Nature)

Tous les articles (31)
  • Le club CPN dans la presse.

    3   0
    Par FABRICE VALLET, publié le lundi 9 janvier 2017 18:46 - Mis à jour le vendredi 20 janvier 2017 13:26

    Ouest France le samedi 14 janvier 2017 (version papier) :

     

    Paris Normandie le 06 janvier 2017 (version numérique) :

     

    Paris Normandie le 06 janvier 2017 (version papier) :

     

    Images Doc en septembre 2015 :

    Au mois de mai 2015, Gabin DUC du club CPN a envoyé un petit article concernant la ruche installée dans notre collège au journal Images Doc. C’est un mensuel qui est publié aux éditions Bayard.

    Il a ensuite été contacté par une journaliste qui a retenu son sujet! Elle lui a téléphoné pour lui poser des questions. Il a aussi du lui envoyer des photos.

    Début juin, Gabin a été recontacté par une journaliste d’Images Doc pour un entretien téléphonique qui dura plus d’une demi-heure !

    Et voici, avec son autorisation, l'article envoyé par la rédactrice en Chef du magazine qui est paru dans le numéro de septembre 2015.

    Fais comme Gabin, n'hésite pas à parler de ce que tu entreprends pour protéger la nature et à nous transmettre les retours.

  • Présentation des projets développement durable du club CPN : naissance, intérêt, actions et perspectives.

    0
    Par FABRICE VALLET, publié le samedi 17 décembre 2016 18:41 - Mis à jour le vendredi 6 janvier 2017 21:13

    Cet article a été repris et mis en ligne sur le site EDD (Education au développement Durable) de l'académie de Rouen. Pour le retrouver cliquez sur ce lien. 

     

    Projet : apprendre à mieux connaître et protéger la nature par le biais de la création d’un club CPN au collège Raoul Dufy du Havre

     

    Naissance du club :

    Arrivé à Raoul Dufy en septembre 2013, j’ai proposé à M. Legagneux, principal du collège, de créer un club CPN (Connaître et Protéger la Nature), ce qu’il a accepté.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/presentation-du-club-connaitre-et-proteger-la-nature-cpn--670.htm

    Dans mon précédent collège, la direction avait refusé cette idée. C’était donc l’opportunité de mener à bien ce projet.

    Mes collègues de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre), Morgan et Blandine Lemonnier, se sont engagés à mes côtés. Nous avons été aidés pour la première année par François Lenormand, vice-président de la FCPN (Fédération des clubs CPN), dans le cadre d’un parcours du CRED 76 (Contrat de Réussite Educative Départemental) mené par l’opérateur CARDERE, association dans laquelle travaillait François.

    http://www.fcpn.org/      http://www.fcpn.org/club_nature     http://www.cardere.org/            

    http://www.seinemaritime.fr/nos-actions/education-jeunesse/education/cred-76.html

    François nous a expliqué le fonctionnement de la FCPN, des clubs CPN, conseillé dans notre organisation et apporté des connaissances naturalistes, des idées de projets réalisables dans notre établissement, ainsi que des conseils pour animer un club. Il a lui-même participé et encadré plusieurs sorties cette première année. Ces sorties avaient pour but de découvrir la flore et la faune locale, dans la « bande verte » entourant notre collège ainsi qu’à proximité, sur les trottoirs, au pied des arbres…

    Mathilde CROUILLER, notre plus ancienne CPN, actuellement en 3e, a d’ailleurs écrit cet article : http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/recit-d-une-sortie-en-ville-par-mathilde--2412.htm.

    Par rapport à un club nature classique, adhérer à la FCPN nous permet d’être reliés à plus de 500 autres clubs, de recevoir des supports pédagogiques, les cahiers techniques de la Gazette, de participer à des réunions interclubs… bref d’être dans une dynamique, de ne pas se sentir isolés, de partager ses expériences avec d’autres …

    Au niveau de l’enseignement, l’animation d’un club permet de s’interroger sur de nouvelles pratiques d’animation, plus pratiques et ludiques, sur le terrain, dans un autre rapport aux élèves.

    Depuis cette année, Morgan Lemonnier ayant obtenu sa mutation, il a été remplacé par Pierre Huet qui s’implique lui aussi dans l’encadrement du club.

     

    Les membres du club :

    Le club a toujours compté une petite vingtaine d’élèves. Nous avons ouvert le club uniquement aux 6e la première année. La seconde année, nous avons gardé les élèves de 5e et remplacé les démissionnaires par des 6e. Et ainsi de suite, ce qui fait que nous avons désormais tous les niveaux représentés, de la 6e à la 3e. C’est très intéressant de voir les générations se mélanger, les anciens apportant leur expérience aux nouveaux.

    Devant l’abondance des candidatures, nous avons du les sélectionner. Nous avons choisi de le faire sur lettre de motivation. C’est très frustrant de voir qu’il y a énormément de demandes et peu de places.

    Cette frustration a participé à notre volonté de partager nos projets avec l’ensemble des élèves du collège, de leur faire découvrir à eux-aussi la vie des abeilles dans une ruche lors de cours et de sorties dans le collège, les faucons pèlerins présents au Havre lors d’une projection de film, la permaculture lors d’une conférence… et d’entrer dans le dispositif des Etablissements du Développement Durable afin d’impliquer tous les élèves du collège dans des projets concernant le développement durable.

    La première année, les effectifs ont pas mal tourné, nous remplacions les partants. Les élèves s’inscrivant car ils avaient des amis au club partaient toujours. Les plus stables étant ceux ayant une réelle soif d’apprendre des choses sur la nature et de s’impliquer dans sa sauvegarde.

    L’intérêt de ce turn-over est d’avoir partagé nos valeurs en matière de protection de la nature avec davantage d’élèves, même si cela a parfois duré peu de temps. Actuellement, les démissions dans l’année sont rares. C’est à chaque nouvelle année que les places se libèrent le plus fréquemment, lorsque les emplois du temps se chargent davantage avec les années ou lorsque l’arrivée de l’adolescence s’accompagne d’un changement des centres d’intérêt.

    Le club est aussi ouvert aux collègues, qui nous ont parfois rejoint durant une ou plusieurs séances, sorties, ou montré leur intérêt en nous achetant des graines de plantes nectarifères à semer… Ils ont aussi la possibilité d’animer des séances, mais jusqu’alors, personne n’a osé se lancer.

     

    Fonctionnement :

    Le club a lieu un jour par semaine, sur la pause méridienne, après le repas. Les membres du club sont prioritaires à la cantine. Les séances durent 55 minutes. Les sorties, d’une plus longue durée, sont réalisées en prolongeant ce temps d’une ou deux heures, en pique-niquant…

    Selon les années, nous avons réalisé des séances chaque semaine ou fait une pause en hiver.

    Les élèves se chargent désormais systématiquement de rédiger des articles sur notre blog afin de nous servir de mémoire de ce que l’on a fait et appris au cours des séances. C’est aussi un outil de communication vis-à-vis de l’extérieur puisque cette rubrique est accessible sans mot de passe sur notre site.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/club-cpn-nature--720.htm

    Les articles sont devenus de plus en plus riches, voici deux des derniers, incluant vidéos, …

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/le-faucon-pelerin-4324.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/decouverte-des-rapaces-diurnes-et-nocturnes-de-la-region-4446.htm

     

    Partenaires :

    L’administration du collège, principal, principal adjoint et gestionnaire qui nous ont soutenu, trouvé de l’argent, aidé à obtenir les autorisations…

    Le Département pour le soutien financier et techniques de nos projets, l’organisation de sorties nous ayant permis de visiter gratuitement des Espaces Naturels Sensibles, …

    M. Ménard, du service éco-pédagogique de la ville du Havre nous a permis de réaliser gratuitement de nombreuses sorties ou animations gratuites dans ou à proximité du collège : découverte de la faune et de la flore à la plage, sorties ornithologiques encadrées par lui-même ou un animateur de la LPO (Michel Simon), séances de découverte d’oiseaux par le biais d’espèces naturalisées, sortie à la plage pour sensibiliser les élèves à la problématique des déchets, visite des expositions du Muséum d’Histoire Naturelle… Il nous a aussi donné plein d’idées et pas des moindres : installer des ruches au collège… mis en contact avec de nombreux collaborateurs (M. Proniewski pour la permaculture en fait partie)… Il nous a conseillé sur les démarches à suivre pour demander les autorisations à la ville, aidé à les obtenir, conseillé sur nos choix d’aménagements…

    Au niveau apiculture, un CPE apiculteur, Laurent Bertrand, a réussi à nous transmettre sa passion. M. Hardy, notre principal adjoint, s’est d’ailleurs personnellement lancé dans l’acquisition de ruches suite à l’une de ses animations.

    M. Grente, père d’élèves et gardien d’abeilles, a installé une, deux puis trois ruches Warré au collège. Il anime auprès de nos CPN des séances où il captive nos élèves et leur apprend énormément de choses. Son rêve serait de pouvoir faire des groupes de 3 ou 4 élèves qui gèreraient chacun une ruche, sous son contrôle. La mort de l’une de nos deux ruches cette année et de notre ruche l’hiver dernier a compliqué cette perspective. M. Grente est entièrement bénévole et passionné et sa participation au club est une immense chance pour nos élèves.

    La ville du Havre, par le biais du service éco-pédagogique, mais aussi par le service de gestion des déchets. M. Longoni nous a ainsi proposé trois sorties gratuites, transport compris, sur le thème des déchets : visite d’Ecopôle cycle des déchets, de l’UIOM de St Jean de Folleville, et du centre de tri au Havre. M. Auger, maître composteur, nous aide à envisager l’installation d’une plateforme de compostage au collège. La ville nous a aussi donné l’occasion de visiter gratuitement, transport compris, le salon ré’inventif, le salon du recyclage et du réemploi au Havre.

    http://www.codah.fr/article/ecopole-cycle-dechets                                   

    http://www.sita.fr/wp-content/uploads/2014/09/DP-SEVEDE-SITA-ECOSTUAIR-19092014.pdf

    http://www.normandie-actu.fr/reinventif-le-rendez-vous-du-reemploi-et-du-recyclage-au-havre-le-programme_242941/

    La FCPN pour son soutien technique et documentaire, son rôle de conseil. François Lenormand a par exemple validé la faisabilité technique de notre projet de construction de mare à Dufy… voir ci-dessus.

     

    Projets :

    Comme tout club CPN, il s’agit d’apprendre à mieux connaître et protéger la nature au sein de projets que nous menons.

     

    Dans le projet « gardien d’abeilles » mené par M. Grente, nous avons installé des ruches au collège avec des abeilles noires, observé les abeilles dans et autour des ruches en ouvrant les ruches ou à l’aide de vitres situées à l’arrière. Nous avons récupéré un essaim dans la nature. Nous ne cherchons pas à produire du miel mais à aider au mieux les abeilles noires, malheureusement en voie de disparition, en respectant leurs besoins. Les ruches sont des ruches Warré respectueuses de la vie des abeilles. M. Grente ne traite pas ses ruches contre les parasites de type varroa, ou alors il le fait avec des huiles 100% naturelles afin d’aider la sélection d’individus résistants. Nous avons fabriqué et mis en place des pièges sélectifs pour frelons asiatiques qui tournent autour de nos ruches et ainsi sensibilisé les élèves au problème des espèces invasives. Nous avons aussi organisé des dégustations de miel récupéré dans nos ruches suite à la mort subite et tragique de deux essaims.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/quot-nous-sommes-des-gardiens-d-abeilles-quot-article-du-magazine-images-doc-quot-paru-grace-a-gabin-2703.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/capture-d-un-essaim-2699.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/fin-du-transfert-des-abeilles-en-ruche-warre-2688.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/aide-au-demenagement-des-abeilles-de-dufy-2583.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/installation-d-une-deuxieme-ruche-au-college-seance-du-10-juin-2016-4252.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/journee-cpn-du-jeudi-13-octobre-2016-preparation-de-l-hivernage-des-abeilles--4320.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/seance-cpn-du-03-novembre-2016-degustation-de-miel-elaboration-de-pieges-a-frelons--4321.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/premiere-seance-d-apiculture-de-l-annee-scolaire-2016-2017-4262.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/derniere-seance-d-apiculture-2016-decouverte-d-une-ruche-morte-4519.htm

    Nous organisons aussi avec l’aide de la ville des sorties ornithologie à la plage ou dans des parcs afin d’observer les oiseaux de notre environnement. Ces sorties sont encadrées par des animateurs compétents, souvent membres de la LPO, et travaillant comme animateurs à la ville. Elles s’accompagnent de séances en salle afin de découvrir davantage d’oiseaux marins ou de rapaces qui vivent près de chez nous et qui sont plus difficiles à observer dans la nature. M. Ménard utilise alors des espèces naturalisées que les élèves doivent déterminer à l’aide de livres d’ornithologie.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/recit-d-une-sortie-ornithologique-par-gabin-du-club-cpn-2411.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/le-faucon-pelerin-4324.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/decouverte-des-rapaces-diurnes-et-nocturnes-de-la-region-4446.htm

    Nous cherchons aussi à accroître la biodiversité présente au collège. Nous avons par exemple construit et installé des nichoirs à mésange et à rouge-gorge, un hôtel à insectes. Nous avons essayé de les disposer au mieux afin qu’ils soient bien positionnés pour les espèces mais aussi pour qu’ils soient visibles des élèves et servent d’outils de communication au service de l’éducation à l’environnement. Nous semons également chaque année des plates-bandes nectarifères, laissons des coins d’herbes folles et remplaçons des plantes peu utiles aux êtres vivants par des plantes plus utiles à la biodiversité. Nous avons aussi planté des framboisiers, cultivé et récolté des graines de nielles des blés…

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/comment-et-pourquoi-construire-un-hotel-a-insectes--671.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/comment-et-pourquoi-construire-des-nichoirs-a-oiseaux--672.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/jardi-midi-par-charlotte-1571.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/comment-et-pourquoi-semer-des-plantes-nectariferes--673.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/commande-gratuite-de-graines-de-nielle-des-bles-677.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/conference-sur-la-permaculture-le-10-janvier-2017-a-16h--4513.htm

    Notre volonté de découvrir la permaculture, par le biais de notre rencontre avec M. Proniewski, de l’organisation d’une conférence puis de la visite de la ferme du Bec Hellouin vient de notre frustration liée à notre méconnaissance des techniques de jardinage respectueuses des écosystèmes. Quitte à jardiner pour aider la biodiversité, autant le faire bien. La permaculture semble proposer un système idéal.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/conference-sur-la-permaculture-le-10-janvier-2017-a-16h--4513.htm

    Nous cherchons à découvrir le fonctionnement de différents écosystèmes. Nous avons découvert lors de sorties un écosystème de bord de mer, mais aussi d’une zone humide et d’une prairie sèche.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/decouverte-d-une-zone-humide-le-marais-vernier--2413.htm

    Nous travaillons actuellement à l’approfondissement de nos connaissances sur le thème des déchets. Comment les réduire ? Les trier ? Quel intérêt ?... Nous avons mis en place le tri du papier au collège et cherchons désormais à aller plus loin. Nous sommes en train d’étudier la faisabilité d’installer une plate-forme de compostage au collège. Nous avons le projet également de relancer la récupération des bouchons et de nous mettre à la récupération des piles, stylos… Nos élèves sont pour l’instant en train de réaliser les sorties proposées par la ville. M. Legagneux souhaite ensuite, et c’est une bonne idée, que les CPN restituent ce qu’ils ont appris dans leurs classes respectives, par le biais d’exposés, puisque ces notions peuvent être abordées dans les programmes.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/salon-reinventif-du-24-au-27-11-2016-4408.htm

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/visite-d-ecopole-dechets-4376.htm

     

    Nous avons terminé l’étude de faisabilité de la construction d’une mare au collège. C’est possible ! Nous avons les autorisations nécessaires. Nous n’attendons plus que le matériel pour la construire. La livraison dépendra de la date où nous pourrons sortir l’argent.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/projet-une-mare-au-college-4253.htm

     

    Il ne s’agit pas d’un projet de type CPN, mais notre club a tout de même souhaité reprendre le projet aquarium. Des aquariums étaient envahis par les algues, laissés à l’abandon et nous sommes en train de les remettre en état. Nous en aurons trois, visibles des élèves dans les couloirs ou dans les salles de SVT.

    http://raouldufy.arsene76.fr/clubs-associations/club-cpn-nature-/mise-en-valeur-des-aquariums-et-d-un-terrarium-au-college-4334.htm

     

    Les CPN profitent aussi de sorties réalisées pour d’autres classes. Cela a été le cas par exemple pour la visite des espaces naturels sensibles. Les CPN ont été rajoutés aux effectifs.

     

    Difficultés :

    L’hiver dernier, notre ruche est morte brutalement, peut-être à cause du varroa. Cette année encore, nous avons perdu l’une de nos deux ruches, sans que nous sachions pourquoi : intoxication aux pesticides ? virus transmis par les parasites ? Nos ruches sont également soumises à la pression de frelons asiatiques toujours plus présents au Havre. On les observe devant nos ruches. Nos élèves ont comme mission au printemps d’écrire un article dans la presse afin de sensibiliser les autorités à cette problématique.

    Notre collège est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Tout aménagement nécessite, en plus des autorisations de la ville et du département, également l’accord de l’architecte des bâtiments de France. Les démarches administratives sont longues et chronophages. Nous avons été confrontés à cette difficulté pour l’installation des ruches, de la mare et en ce moment pour notre réflexion sur l’installation d’une plate-forme de compostage. Heureusement, à chaque fois, nous parvenons à nos fins.

    Avantages d’être un club CPN dans un collège :

    Nous disposons de locaux, de matériel, d’argent, de jardins nous permettant de nous lancer dans de nombreux projets avec l’aide de nombreux partenaires compétents.

     

    Intérêt du projet pour l’ensemble du collège :

    Les ruches développées dans le cadre du club CPN servent désormais à tout le monde. Elles sont utilisées comme support de cours. Nous emmenons le plus possible de demi-classes pour observer les abeilles devant la ruche et à travers les vitres situées à l’arrière lors de séances de présentation de ruches. L’ouverture de la ruche, en revanche, est réservée aux CPN, lors de séances où M. Grente est présent. Nous n’ouvrons les ruches que lorsque cela est nécessaire pour ne pas déranger les abeilles.

    La mare que nous allons construire avec les CPN servira de support de cours pour toutes les classes.

    C’est aussi le cas pour notre hôtel à insectes observé par de nombreuses classes et tous les élèves à l’entrée du collège.

    Nous allons étendre l’une des sorties réalisée sur le thème des déchets à toutes les classes de 5e. Les CPN testent ces sorties pour que l’on puisse choisir celle qui sera la plus intéressante pour tous.

    Le jardinage réalisé à l’entrée du collège et dans ses jardins permet d’améliorer notre cadre de vie en le rendant plus agréable et avec plus de biodiversité.

    Les aquariums embellissent l’intérieur de notre collège ainsi que les terrariums.

    Notre volonté de développer un jardinage écologique permet de faire profiter tous les élèves, les enseignants et les parents d’une conférence sur la permaculture. Notre volonté d’avoir du compost pour jardiner et aider nos plantes à pousser, si elle se traduit par l’installation d’une plate-forme de compostage servira de support pour nos cours et pour sensibiliser les élèves à l’intérêt de gérer au mieux ses déchets.

    La projection de films, ouverte à tous, est aussi un moyen de partager avec les autres élèves notre passion pour la nature.

     

    Perspectives :

    Nous souhaitons construire notre mare cette année, développer du jardinage inspiré de la permaculture.

    Nous souhaitons utiliser les aménagements de nos jardins comme outils de communication auprès des passants par le biais de l’amélioration de supports de communication existants, à créer par les élèves.

    Nous souhaitons développer nos actions de développement de la biodiversité et d’embellissement du collège à la cour entièrement bétonnée.

    Nous pourrions à l’avenir nous intéresser au cycle de l’eau. Des sorties sont possibles.

    A l’avenir, plus de ruches pourraient être installées de manière à ce que des groupes de trois ou quatre élèves puissent gérer leur ruche, sous la surveillance de M. Grente.

    Cette dynamique des CPN dans la réalisation d’actions pour le Développement Durable nous a motivé pour entrer dans le dispositif des Etablissements du Développement Durable. Cela devrait se faire dès cette année. L’idée est d’étendre ces actions à toutes les classes et à impliquer un maximum de collègues dans l’établissement afin de ne plus faire de choses dans notre coin, de créer une dynamique d’ensemble dans le collège sur un thème pouvant rapprocher tout le monde, le développement durable, et ce, dans un engagement sur la durée. Le développement durable est par ailleurs beaucoup plus large que ce que nous faisons dans le CPN. Il s’agirait donc d’étendre nos actions à l’ensemble des domaines du développement durable.

     

    Fabrice VALLET

  • Printemps 2016 au CPN

    1   0
    Par FABRICE VALLET, publié le mardi 27 septembre 2016 20:57 - Mis à jour le mardi 13 décembre 2016 21:40

    Nous avons continué nos activités apicoles avec M. Grente. On a fini l'année par une séance dégustation du miel récupéré dans notre colonie qui n'a malheureusement pas passé l'hiver.

    Nous avons participé à un programme de sciences participatives destiné à compter les vers de terre présents dans les jardins de notre collège :

    http://www.vigienature-ecole.fr/les-observatoires/le-protocole-des-placettes-vers-de-terre

    Nous avons étudié la faisabilité de construction d'une petite mare près des ruches du collège.

    Nous avons poursuivi le jardinage afin d'installer devant notre collège un maximum de plantes nectarifères.

    Nous avons visité l'espace naturel sensible du cap de la Hève avec un animateur d'Aquacaux.

  • Dernière séance d'apiculture 2016 - découverte d'une ruche morte

    0
    Par FABRICE VALLET, publié le dimanche 11 décembre 2016 21:04 - Mis à jour le dimanche 11 décembre 2016 21:04

  • Le faucon pèlerin

    0
    Par FABRICE VALLET, publié le vendredi 4 novembre 2016 17:58 - Mis à jour le vendredi 9 décembre 2016 17:41

    Le 24 novembre a eu lieu, en salle vidéo, une projection gratuite du film "Sentinelle ou le destin du faucon pèlerin" prix du meilleur film ornitho 2015.

    Cette projection, a intéressé une cinquantaine de personnes environ. 

    L'introduction du film a été réalisée par Gabin DUC, 4e2 : la vidéo de cette présentation se trouve ici.

    Voici un résumé de ce qu'il a expliqué au public.

     

    Introduction au film Sentinelle

    de Vincent Chabloz…

    Bonjour à tous et merci d'être venu. Je me présente pour ceux qui ne me connaissent pas : je m'appelle Gabin, je suis en 4ème 2 et suis membre du CPN du collège depuis 3 ans. Passionné par les oiseaux, je fais beaucoup de sorties nature avec des ornithologues. Je vais donc vous faire une petite introduction au film que nous allons projeter.

    Le faucon pèlerin, qui est une espèce protégée, est un rapace diurne qui vit une dizaine d'années. La femelle mesure la taille d'un gros pigeon et pèse plus ou moins 900 g. Le mâle, lui, est trois fois moins gros que la femelle, d'où son nom de tiercelet ; il pèse autour de 600 g.

    Il se trouve presque partout sur Terre, sauf en Antarctique. Les faucons de chez nous sont sédentaires, mais ceux qui vivent plus au nord migrent l'hiver, pour suivre leurs proies qui partent vers le Sud.

    Notre rapace ne mange presque que des oiseaux. Leurs tailles peuvent varier de celle d'un pinson à celle d'une corneille. Pour chasser ses proies, le faucon a une technique bien particulière : le piqué, et ... non, vous le verrez dans le film.

    Peut-être le saviez-vous déjà, mais il y a un couple nicheur de faucons pèlerins au Cap de la Hève, à Sainte-Adresse. On peut trouver des traces d'eux près de l'église St Joseph, comme des pelotes de réjection, sorte de boulette vomie par certains oiseaux, faite de résidus de digestion.

    Pour eux, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et la ville du Havre ont installé un nichoir au sommet de l'église Saint-Joseph. Il a d'abord été installé en 2009 sur l’Hôtel de Ville, mais il a été déplacé en 2015 au sommet de l'église. Il a été mis là car on voit régulièrement les faucons à son sommet, m'a expliqué Michel Simon, ornithologue à la LPO de Haute-Normandie, et présent lors de l’installation du nichoir. Mais il se pourrait que nos pèlerins ne l’utilisent jamais comme nichoir mais plutôt comme lardoir, une sorte de garde-manger.

    Voici deux vidéos réalisées par Martin DUC (futur CPN) d'un faucon pèlerin au dessus de l'église Saint-Joseph le 7/12/2016 : vidéo 1 - vidéo 2.

    Il faut savoir que, dans la première moitié du XXème siècle, il y avait environ 100 couples en Normandie. Ils avaient tous disparus en 1965 (à cause de différentes raisons que vous dévoilera le film). Mais les pèlerins repeuplent notre région : le premier couple est revenu en 1994, et il y a aujourd'hui près de 35 couples nicheurs en Normandie.


    Il a fallu près de 5 ans de tournage et 3000 heures d'observations pour réaliser ce film qui a été tourné en pleine nature, uniquement avec des oiseaux sauvages.

    Nous remercions donc Vincent Chabloz d'avoir gentiment autorisé Monsieur Vallet à projeter gratuitement ce film dans le cadre du CPN de notre collège.

    N'hésitez pas un écrire un commentaire sur notre blog pour nous donner vos impressions et à me poser des questions à la fin film. Merci de votre attention.

    Gabin DUC 4ème 2 – novembre 2016

     

    Autre synthèse de Gabin DUC sur le Faucon pélerin : 

     

    Le faucon pèlerin

    Présentation :

    Le faucon pèlerin est un rapace diurne. Il peut vivre jusqu’à 20 ans, même s'il ne vit que rarement plus de 10 ans. La femelle mesure la taille d'un gros pigeon soit entre 70 et 85 cm et peut peser plus ou moins 900 g. Le mâle, lui, est trois fois moins gros que la femelle, mesure entre 40 et 50 cm et pèse autour de 600 g.

    Lieu de vie:

    Le faucon pèlerin se trouve presque partout sur Terre, à part en Antarctique. Les faucons de chez nous sont sédentaires, mais ceux qui vivent plus au nord migrent l'hiver, pour suivre leurs proies qui partent vers le Sud.

    Chasse :

    Notre rapace mange exclusivement des oiseaux. Leur taille peut varier de celle d'un pinson à celle d'une corneille. Pour chasser ses proies, le faucon a une technique bien particulière : le piqué. Il consiste à se laisser tomber après avoir pris de l'altitude, et à fondre sur sa victime, parfois à plus de 350 km/h ! Pas étonnant qu'elle soit assommée voir tuée sur le coup.

    Reproduction :

    Le faucon pèlerin peut se reproduire dès l'âge de 2 ans.Il niche principalement sur des falaises, qui lui offrent un point de vu panoramique sur son territoire. Il peut lui arriver aussi de nicher au sol ou sur des bâtiments. Son nid se limite a une simple cuvette dans la roche, l'abritant des prédateurs terrestres. Après avoir trouvé un partenaire et un site de nidification, ce qui se fait dès l'été, le faucon s'accouple du mois de janvier au mois de février. La ponte se déroule majoritairement au mois de mars.La femelle pond généralement 3 à 4 œufs, qui sont couvés pendant 30 jours environ par la femelle, même si le mâle y participe avec un peu de mal. Les jeunes font leurs premiers vols 6 semaines après l'éclosion, et leurs apprentissage de la chasse durera environ 7 à 8 semaines. Les jeunes faucons quitteront définitivement le nid à partir du mois de juin.

    Dangers :

    Le faucon pèlerin, au milieu du siècle dernier, a été victime d'une baisse de sa population, causée par l'utilisation massive de produits chimiques (DDT) qui ont favorisé son déclin. Heureusement, ces produits sont désormais interdits mais d'autres produits tout aussi nocifs sont toujours sur le marché dans le monde. Le faucon est aussi menacé par la chasse : il est parfois tiré, confondu avec un pigeon. Le pèlerin peut-être la victime du grand-duc d'Europe, qui le chasse de façon naturelle mais impacte sa nidification. Enfin, notre rapace est parfois dérangé par des hommes pratiquants des activités en plein air, telles que l'escalade, et qui dérangent le faucon lors de la nidification.

    .. pèlerin au Havre :

    Peut-être le saviez-vous déjà, mais il y a .. faucon pèlerin au Havre. Pour lui, on a installé un nichoir au sommet de l'église St Joseph, sur le côté Ouest.

     

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs